Exposition, EXPOSITION

La Nuit étoilée, une nuit mouvementée

Partager

Artiste hollandais postimpressionniste majeur, Vincent Van Gogh, s’installe à Paris chez son frère Théo, avant de partir en Province à la recherche de nouvelles expériences picturales. Là-bas, il collabore avec son ami Gauguin mais leur relation conflictuelle mène le peintre à un acte de folie : se trancher l’oreille. 👂

👨‍🎨Un peintre au caractère fragile 👨‍🎨

Ce geste grave conduit Van Gogh à une hospitalisation dont il sort fragilisé. Son caractère est variant et il souffre de sauts d’humeur.

Le peintre est diagnostiqué schizophrène et bipolaire. Il alterne les phases maniaques d’euphorie et de joie … et les phases dépressives caractérisées par des moments de tristesse intense, le tout entrecoupé de phases libres.

Portrait de l’artiste, 1889, Musée d’Orsay.

Déjà à Paris son frère évoque son comportement tourmenté :

« On dirait qu’il y a deux personnes en lui, une qui est merveilleusement douée, tendre et raffinée et l’autre qui est égocentrique et impitoyable. »

Conscient de l’état avancé de sa maladie, le 8 mai 1889, Van Gogh quitte Arles pour se faire interner à Saint Rémy-de-Provence. C’est là qu’il réalise La Nuit Etoilée, chef d’œuvre de la fin du XIXème siècle dont l’histoire et la réalisation méritent de se pencher sur l’œuvre en question.

🖌La peinture comme échappatoire🖌

Bien qu’interné, rien n’arrête le génie créateur de Van Gogh pour qui la peinture apparait comme une échappatoire. Ses troubles se traduisent via des formes et des mouvements créés par des spirales et des remous.

Si l’œuvre s’appelle la Nuit Etoilée, elle aurait pu s’appeler simplement Enclos… le titre est certes moins vendeur mais cependant c’est bien ce que le peintre voyait depuis sa fenêtre. Le village que l’on aperçoit n’est que le fruit de l’imagination du peintre. C’est son imaginaire florissant qui le guide dans la réalisation de ses paysages fictifs.

🌟 Un imaginaire certes, mais de la vérité aussi 🌟

Le tableau est caractérisé par une tempétueuse spirale qui lui confère une sensation de mouvement. L’astronomie à cette période commence à être popularisée par des livres contenant les premières photographies du ciel. Ici le peintre représente en fait une nébuleuse, soit un amas de gaz et de poussières interstellaires.

La Nuit Etoilée, 1889, MoMA, NY

De même, l’étoile entourée d’une alvéole blanche n’est autre que la planète Venus, qui achève en 1889 son cycle, d’où une luminosité si importante.

Passionné d’astronomie, ici la vérité scientifique est bien avérée.  Lecteur de la revue L’Astronomie éditée par son ami Camille Flammarion, Van Gogh s’inspire d’évènements réels pour peindre ce tourbillon.

😵Un tableau contrasté pour un peintre déchiré😵

Les couleurs, les formes, la touche, le sujet … tout prouve que le peintre est déchiré dans son processus de création.

Le bleu dominant contraste avec le jaune doré explosif issu des étoiles et de la lune. Ces couleurs complémentaires assurent un réel contraste au sein de la toile.

Loin d’être lisse, la touche du peintre est caractérisée par de gros empâtements. Sa priorité n’est pas de recouvrir la toile. Il peint avec spontanéité et agressivité.

Les formes sinueuses suggérées par des spirales et des enroulements suggèrent le mouvement au sein de ce ciel étoilé.

Enfin, le paysage possède une double dimension : à la fois menaçant (le ciel déchainé suggère un violent vent qui froisse et déforme le cyprès au premier plan), et idyllique (par la représentation d’un calme village par une nuit d’été).

🤯Fou ou génie ? 🤯

Les deux paroles semblent coller à la peau du peintre dont la maladie a incontestablement influencé la production. Les contrastes qui caractérisent la Nuit Etoilée traduisent l’esprit bipolaire du peintre. Certains voient dans le paysage clos, une absence d’échappatoire. D’autres voient dans les cyprès et l’église deux éléments terrestres faisant le lien avec le céleste auquel aspire le peintre… à chacun son interprétation.

Couloir dans l’Asile, 1889

✨Un hommage au peintre à l’Atelier des lumières ✨

Après Klimt et Schiele, l’Atelier des Lumières rend un grand hommage au peintre hollandais à travers une immersion dans ses toiles.

La projection qui occupe la totalité de l’espace de l’Atelier assure une expérience immersive. L’idée est de parcourir la production de l’artiste dont la vie tourmentée ne l’empêcha pas de peindre plus de 2000 tableaux durant les dix dernières années de sa vie !

Copyright Culture espaces / E.Spiller

Cliquez ici pour aller voir Van Gogh en Lumière avec TALIVERA, prochaine sortie le 23 Juin à 17h.

Restons connectés, rejoignez-nous sur Instagram et Facebook 😊