« Art » de Yasmina Reza, de retour sur les planches

Partager

« Art », c’est l’histoire d’un tableau blanc qui vient remettre en question l’amitié entre trois vieux amis… une histoire obscure ! 🤯

⚡Une discorde pour un tableau blanc ⚡

Fier du tableau qu’il vient d’acheter, Serge est confronté à la réaction de son ami Marc.
Ce dernier est effectivement étonné qu’il ait pu payer aussi cher « 30 000 euros pour « cette merde » ! ».
Heureusement, Yvan vient apaiser les tensions entre ses amis… mais malgré sa bonne volonté, il en prend pour son grade, considérant qu’il fait preuve de «faiblesse et de manque de discernement ».🙅‍♂️

En même temps, ce tableau porte à confusion : « Une toile d’un mètre sur un mètre vingt, fond blanc, entièrement blanc, en diagonale de fines rayures transversales blanches. »

🔮Une auteure qui a vu juste … 🔮

Yasmina Reza, l’auteure de la pièce ne s’attendait peut-être pas à ce qu’elle reçoive 4 prix internationaux, ni à ce qu’elle soit traduite en 35 langues ! Elle a confié dans un interview à France 2 « Quand on écrit quelque chose on espère le succès, on n’espère pas un petit succès à Poissy sur Orges. On espère Paris, Londres, New York, la planète »…

Yasmine Reza, auteure de la pièce

C’est chose faite ! La pièce a connu une vraie success story : elle reçoit le Tony Award de la meilleure pièce aux USA et le Laurence Olivier Award de la meilleure pièce au Royaume Uni. 🎖

Lorsqu’elle sort en 1994, ce sont Pierre Arditi, Pierre Vaneck et Fabrice Lucchini qui jouent cette scène de ménage dévastatrice. Leur interprétation est un triomphe et la pièce commence à s’exporter.

📅Une pièce remise aux goûts du jour 20 ans après📅

Après 20 ans d’absence, ce chef d’œuvre à l’humour universel revient en France.

Jean Piere Darroussin, Alain Fromager et Charles Berling dans la pièce Art de Yasmina.© Pascal Victor/ArtComPress

Patrice Kerbrat nous propose de retrouver Charles Berling, Jean-Pierre Darroussin et Alain Fromager dans une mise en scène sobre, et blanche, au sein de laquelle s’agitent les trois acteurs vêtus de noir.

« J’ai changé beaucoup de choses, de nombreux détails, mais je suis le seul à le savoir et personne ne s’en apercevra » Patrice Kerbrat

Cette pièce intemporelle ne semble pas avoir pris une ride et évoque des sujets universels.

🖌 L’art contemporain – art comptant pour rien ? 🖌

La réflexion principale de la pièce gravite autour de la question de l’amitié et montre comment de si forts liens peuvent voler en éclat pour un rien (« X » euros quand même ! ).

Les trois acteurs portent à la perfection les mots de Yasmina Reza et le triangle entre le bourreau, la victime et le sauveur prend tout son sens.

Il faut dire que le prétexte à la discorde est facile : l’art contemporain.

Carré blanc sur fond blanc, 1918, Malevitch, NY, MoMA

« Ni le goût de l’art, ni le désir de culture, pas même le ciment apparent du mariage ne comblent ces fêlures existentielles que la dispute entre ces trois personnages, de noir vêtu, urbains et policés, met à vif. […] Un léger désaccord, imperceptible différence d’appréciation, suffit pour basculer vers le règlement de comptes, la haine et la violence. Yasmina Reza a lancé une bombe à fragmentation dont les dégâts varient selon les époques. En cela, sa pièce est un miroir dans lequel se reflètent nos névroses, nos insatisfactions, nos détresses, nos incompréhensions, nos solitudes sans remèdes. » Jean-Claude Raspiengeas, La Croix, 9 mars 2018

La pièce vous fera rire avec les situations à la fois grotesques et subtiles auxquels sont confrontés les trois amis.

Rejoignez-vous pour découvrir cette pièce intemporelle nouvellement interprétée au Théâtre Antoine. Réservez votre soirée théâtre sur le site Talivera : https://talivera.fr/theatre/celebre-comedie-a96

Restons connectés, rejoignez-nous sur Instagram et Facebook 😊

Laisser un commentaire

shares