Voyage à Venise

Le Bucentaure au Môle le jour de l'Ascension tableau de (Philadelphia Museum of Art)

Partager

«Venise ! Existe t-il une ville qui ait été plus admirée, plus célébrée, plus chantée par les poètes, plus désirée par les amoureux, plus visitée et plus illustre ? Venise ! Y a t-il un nom dans les langues humaines qui ait fait rêver plus que celui-là ?».

Guy de Maupassant
Canaletto – Arsenale di Venezia, 1732

Depuis son origine, entre histoire et légende, Venise a enchanté et attiré des générations de visiteurs. Que vous ayez pu vous y rendre ou non, ce lieu est mythique et évoque en nous le voyage, l’île imaginaire, un refuge hors du temps ! Les artistes ont été inspirés par Venise : les cinéastes, les écrivains, les musiciens, les photographes, les peintres… Partons pour un voyage à Venise, tout en restant chez nous, à travers les représentations que ces artistes nous en ont donné au fil des siècles.

La Miraculée

Dès sont début, Venise est le miracle d’une ville surgie de l’eau, défiant les lois de la physique et de l’architecture, et éternellement menacée par cette même eau dans laquelle, tôt ou tard, elle risque de disparaître. Constituée d’une myriade d’îlots reliés par des ponts, elle est bercée jour et nuit depuis des millénaires par ces flots et ces marées qui, en cycles de six heures, montent et déscendent, à chaque fois emportant l’eau sale et ramenant de l’eau pure de la lagune.

San Marco – Venise – Italie

Un poisson dans l’eau

On dit souvent que Venise est comme un poisson à cause de la forme que dessinent ces îlots dans l’eau. En effet, on le voit bien déjà dans cette représentation datant du XVI siècle. L’espace semi-clos de la lagune, encerclée par les terres, et Venise est entourée par ses îles majeurs (Giudecca, San Giorgio, Murano etc).

Plan de Venise tiré de Civitates orbis terrarum, Georg Braun, 1574

Venise, un monde en miniature

Venise est aussi la ville du commerce, des explorateurs, de la mixité sociale par excellence : au Moyen Age et pendant la Renaissance cette ville est un exemple unique d’intégration et cohabitation de plein d’ethnies et populations différentes, chacune cultivant sa propre culture et rendant Venise un monde en miniature. Imaginez de traverser le quartier allemand, avec ses boutiques spécialisées en verre et lunettes, ensuite le quartier juif, tout empreigné de ses traditions, ou encore le quartier slave, le quartier espagnol…

Dans cette belle miniature datant de 1400 on distingue clairement la place Saint-Marc à gauche, avec des personnages occupés dans le commerce et le transport de marchandises et à droite d’autres gens qui arrivent et qui partent… Marco Polo est peut-être parmi eux !

Miniature tirée du Devisement du monde (aussi connu comme Livre des merveilles), édition de 1400 environ, Oxford, Bodleian Library

Les peintres vénitiens

Au XVIII siècle, une génération de peintres vénitiens s’attachent à représenter leur ville de la manière la plus réaliste possible. Aidés par de nouvelles techniques, comme l’usage de la camera oscura, ils atteignent un niveau de détail qui rappelle la photographie avant celle-ci. Parmi les plus connus on compte Canaletto et Guardi. Leurs tableaux, en petit format, étaient achetés par les premiers touristes de l’époque (surtout des anglais, des français et des allemands qui faisaient le « grand tour ») et commençaient ainsi a circuler et diffuser dans l’Europe entière l’image de cette ville, telles des cartes postales.

Piazza San Marco, Francesco Guardi, 1760 ca

Parmi ces premiers visiteurs on trouve un peintre anglais, William Turner. Connu pour son style très moderne à l’époque, et ses atmosphères rêveuses, faites de brouillard où la perspective se perd. Qui mieux que lui aurait pu rendre la magie de Venise ?

William Turner, Venice: an imaginary view of the Arsenale, 1840, Tate Gallery

Les peintres impressionnistes

Les impressionnistes ne font pas exception et plongent à fond dans ce sujet si adapté à leurs intérêts artistiques : lumière, instant changeant, cliché, impression, plein air… Le vocabulaire « impressionniste » va bien avec l’eau qui coule et reflette en miroir les palaces vénitiens et les gondoles qui glissent sur cette surface.

Grand Canal à Venise, 1874 – Édouard Manet, Provident Securities Company San Francisco

Quant à Claude Monet, il se refuse longtemps au voyage vénitien avant d’y séjourner deux mois, en 1908, à l’âge de 68 ans. A son arrivée, il décrète : « trop beau pour être peint ! ». Et pourtant la série de 37 tableaux qu’il commence à réaliser (il les terminera dans son atelier de Giverny les années suivantes) lui donne tort. Monet est perplexe : comment peindre une ville mille fois représentée et également mille fois imaginée ?

Le Palais da Mula, Claude Monet, 1908, National Gallery Washington
Claude Monet, Le Grand Canal, 1908, Musée des Beaux Arts de Boston

Les peintres du 20ème siècle

Les artistes du XX siècle ne résistent pas à Venise. Regardons ce tableau de Kandinsky, représentant le Grand Canal au niveau du pont de Rialto. Quelle profondeur dans le bleu, entre eau et ciel. C’est touours intéressant de rappeler que ce peintre russe ne s’est pas uniquement dédié à l’art abstrait qui l’a rendu fameux.

Vassily Kandinsky, Venise n°4, 1903, Centre Pompidou

Le 8ème art

Le brouillard, une forme de torpeur et la lenteur qui enveloppent toute la ville, une palette chaude mais toujours changeante… Venise est une muse inspiratrice pour les photographes. J’aime rappeler Luigi Ghirri, maître d’une esthétique minimaliste très particulière. Cette photo de l’arsenal nous amène naturellement à un tableau de Canaletto… et la boucle est bouclée.

Luigi Ghirri
Martin Parr, Venice 1989

Le 9ème art

Parmi les dessinateurs, Hugo Pratt, créateur du personnage de Corto Maltese, a choisi Venise comme cadre pour une des plus belles aventures du marin maltais (Fable de Venise, paru en 1977). Dans ce cas, ce qui émerge de Venise est son coté mystérieux, mystique même, la partie la plus ésotérique de son histoire, de ses pierres, des personnes qui l’habitent. Très fascinant.

Corto Maltese, Favola di Venezia, Hugo Pratt (1977)

Et vous ? Avez-vous été à Venise ? Rêvez-vous d’une Venise intime, d’une Venise énigmatique… Si vous avez des photos ou des visuels d’oeuvres qui représentent Venise, n’hésitez-pas à nous les transmettre pour compléter cet article ! Merci d’avance.

A bientôt, Lucia – guide-conférencière

Laisser un commentaire

shares