EXPOSITION, XXIème siècle

L’Artisanat avec un grand A de Christian Louboutin

Partager

Découvrir de véritables oeuvres d’art ! 🖼

Jusqu’en janvier 2021 se déroule l’exposition « L’Exhibitioniste » au Palais de la Porte-Dorée retraçant la carrière du célèbre créateur de chaussures aux semelles rouges, Christian Louboutin. L’occasion de venir admirer certains de ses modèles les plus emblématiques mais aussi des chaussures encore jamais exposées. Un véritable hommage à l’Artisanat avec un grand A à ne rater sous aucun prétexte !

L’objectif de l’exposition est de faire découvrir les créations iconiques de Christian Louboutin tout en permettant une réelle immersion dans l’univers et dans les inspirations de l’artiste. L’exposition est conçue comme une invitation à se perdre dans les multiples références du créateur.

Les souliers sont présentés comme des œuvres d’art à part entière.  En témoignent ainsi ces escarpins qui se confondent avec leur environnement et rappellent l’aquarium du Palais de la Porte Dorée.

talivera-que-faire-ce-week-end-ecafe-louboutin-le-rouge-au-corps
@Jean-Vincent Simonet

Une exposition emblématique ✨

Cette exposition a une portée symbolique forte pour le créateur car le Palais de la Porte-Dorée est le lieu même qui a vu naître la vocation artistique de Louboutin.

En effet, Christian Louboutin, né dans le 12e arrondissement de Paris, était lycéen à proximité du musée et se rendait souvent au Palais de la Porte-Dorée qui, selon lui, est venu nourrir ses première inspirations. Les dorures et le style art déco caractéristiques du bâtiment vont alors devenir symboles d’une extravagance créative future.

L’architecture du Palais va surtout venir nourrir son attrait pour les arts appliqués comme forme artistique aboutie à part entière. Des dorures du bâtiment, il tire formes, motifs baroques et couleurs métallisées qui restent aujourd’hui des caractéristiques de ses créations.

botte « Bottinos » de Christian Louboutin, photo @Jean-Vincent Simonet

Les chaussures de Louboutin viennent se confondre avec le lieu même du Palais de la Porte-Dorée, qui devient un écrin parfaitement adapté à chacune d’entre elles et vient enrichir chaque création d’une aura théâtrale et dramatique.

L’inspiration directe du Palais est particulièrement visible dans le soulier « Maquereau » réalisé en cuir métallisé par Christian Louboutin dont il tire la couleur et les reflets des poissons de l’aquarium du Palais. Le premier prototype d’escarpin de Louboutin a été réalisé en peau de maquereau et c’est d’ailleurs chez le poissonnier qu’il cherche à dénicher ses premiers matériaux !

talivera-que-faire-ce-week-end-ecafe-louboutin-le-rouge-au-corps
Soulier « Maquereau » présenté devant l’aquarium du palais. Photo @Guillaume Fandel

Une obsession pour les souliers 🥿

C’est également dans le Palais de la Porte-Dorée qu’est née l’obsession de Christian Louboutin pour la chaussure.

Ainsi, pendant une exposition au palais, alors encore nommé musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, il aperçoit un panneau interdisant le port des talons aiguilles. Complètement fasciné, il ne cessera de dessiner la très haute paire d’escarpin représenté sur l’affiche.

Véritable élément « fondateur » de sa vocation, ce dessin sera à l’origine de la chaussure la plus iconique, et sûrement le plus célèbre de Christian Louboutin : le soulier « Pigalle », créé en 2004.

escarpin « Pigalle », photo @Jean-Vincent Simonet

Louboutin théâtral 🎆

Du nom de cette paire « Pigalle » se dévoile aussi l’amour de Louboutin pour le burlesque et pour le monde du spectacle. De son premier travail aux Folies Bergères, dont les danseuses était les premières clientes, Christian Louboutin déclare avoir appris son métier.

Cet amour pour le burlesque s’est par la suite concrétisé par de nombreuses collaborations toute au long de la carrière du créateur, notamment avec l’icône vintage Dita Von Teese, grande amie de l’artiste.

Sandale « Espelio » exposée pour la première fois à l’occasion de l’exposition, photo @Jean-Vincent Simonet


De ce goût pour le théâtral et de son amour pour l’artisanat, hérité de son père ébéniste, Christian Louboutin dessine alors un style de chaussure emblématique défini par une certaine extravagance, un goût pour le glamour à l’extrême voire même la provocation, en témoigne les inspirations fétichistes du créateur.

Et sans oublier, bien évidemment, la semelle rouge immédiatement reconnaissable. Celle-ci fait son apparition un an après la création de la marque lorsque Louboutin décide de peindre la semelle noir de ses souliers « Pensées » avec le vernis à ongle de son assistante qui était en train de se faire les ongles.

Ce signe distinctif ne quittera désormais plus jamais les chaussures du créateur.

Soulier « Pensées », photo @Jean-Vincent Simonet


Le style Louboutin est également caractérisé par une grande richesse de motifs, couleurs et matériaux directement inspirés de la curiosité du créateur pour les arts, le voyage et les autres cultures.

Cette ouverture sur le monde et la curiosité de Louboutin est exposée dans la dernière partie de l’exposition qui se présente comme un « musée imaginaire » venant illustrer les multiples inspirations de l’artiste.

Des œuvres des quatre coins du monde y sont exposées, comme un hommage du premier amour de Louboutin pour l’ancien musée des Arts d’Afrique et d’Océanie.

« La vague perpétuelle », photo @Jean-Vincent Simonet

La sandale rouge, icône pop 👠

Les créations de Louboutin se veulent donc à la croisée des chemins entre tous les Arts, donnant ainsi à voir des références à toutes les cultures, au spectacle vivant, à la littérature, au cinéma, à la danse mais aussi à la pop culture.

En témoignent ainsi des collaborations exposées, allant de l’utilisation de dessins d’Andy Warhol pour sa chaussure « Pensées » à la création d’une paire avec Angelina Jolie à l’occasion de la sortie du film Maléfique, intégrant des éléments de la célèbre antagoniste de Blanche Neige à la chaussure elle-même.

escaprin-malangeli-simonet-louboutin-luxembourg
escarpin « Malangeli », photo @Jean-Vincent Simonet

Le succès artistique et commercial de Louboutin, symbole ultime de glamour et de tapis rouge en ont donc fait une véritable icône de la mode du XXIe siècle. La chaussure Louboutin est devenue un symbole venant à nourrir les imaginaires artistiques, devenant objet de luxe mais aussi de provocation à part entière.

« Louboutins on fire » Tyler Shields

Découvrir l’exposition

L’Exhibitioniste est l’exposition parisienne Louboutin jusqu’au 3 janvier 2021 au Palais de la Porte Dorée à Paris. Talivera vous propose une visite interactive exclusive commentée par son guide Alex suivie d’un café-partage insolite pour cette exposition qui donne à réagir ! Réservation sur le site 👉 e-cafe-louboutin-le-rouge-au-corps/

Restons connectés, rejoignez-nous sur Instagram et Facebook 😃

1 commentaire

  1. […] Pour découvrir notre article sur l’exposition Louboutin : talivera.fr/lartisanat-avec-un-grand-a-de-christian-louboutin […]

Laisser un commentaire

shares