Facebook
Théâtre paris Adieu Mr Haffmann
Théâtre adieu mr Haffmann

En quelques mots

Une troublante négociation sur fond de guerre 

Adieu Monsieur Haffmann est une pièce historique qui nous ramène au temps de l'occupation et s'inspire d'une histoire vraie. La pièce a été couronnée par quatre prestigieux prix Molières en 2018.

Bénéficiez d’une expérience unique avec cette pièce de théâtre que nous vous proposons de découvrir en petit groupe. Un texte qui nous permettra d'aborder la question de la collaboration, de la réussite et du courage des Français en ces temps de guerre. L’action de vendre des bijoux aux nazis fait-elle du commerçant lui-même un collaborateur ? Se moque-t-on de la provenance de l’argent ? Le courage doit-il être plus fort que la peur ?

  • A propos du spectacle  

Paris, 1942. La France est occupée par les Allemands. Les Juifs sont pourchassés. Monsieur Haffmann, bijoutier d’origine juive, demande alors à son employé Pierre Vigneau de reprendre sa boutique et de le sauver de la menace allemande.

La pièce met en lumière des hommes ordinaires, devenus des héros dans un contexte de guerre, le courage ayant pris le pas sur la peur.

 

  • Note d'intention par l'auteur 

« Je ne sais pas vraiment d’où m’est venu l’idée de cette pièce : sans doute de mes premiers souvenirs d’enfance avec “Bon Papa Alban” qui me promenait pendant des heures dans le cimetière de Montauban. On s’arrêtait devant chaque tombe, il me racontait la vie des morts… et j’adorais ça. Sans doute de ce « voyage scolaire » à Auschwitz qui m’a éloigné de l’enfance tout en me rapprochant de l’horreur dont sont capables les Hommes. Sans doute de tous ces amis touchés par la stérilité et qui cherchent par tous les moyens à avoir un bébé. Une pièce qui parle d’amour, de courage et de peur... et qui au cœur de l’Histoire, aide à mieux comprendre le désordre des Hommes.

L’écriture d’Adieu Monsieur Haffmann par sa construction dramaturgique et rythmique peut faire penser à un scénario de film. Autant j’adore le cinéma autant je n’aime pas le jeu “naturel” du cinéma au Théâtre. Je me suis attaché dans ma direction de jeu à proposer un point de vue rythmique guidé par cette conviction intime qui influence toutes mes mises en scènes du répertoire classique et contemporain : « Les temps du Théâtre ne sont pas les temps de la vie ».

On ne respire pas au Théâtre comme dans la vie, on ne parle et on ne bouge pas au Théâtre comme dans la vie. Je pense en effet, que le Théâtre a pour devoir de proposer un langage de jeu « extra-ordinaire »… que ce soit au niveau de l’engagement physique et émotionnel ou de la valeur du son, des silences et du rythme… vigilance encore plus accrue quand on s’attaque à une écriture contemporaine qu’on peut vite tirer vers un côté “conversation” que je déteste.

Par ailleurs, je me retrouve tout à fait dans ce gentil reproche adressé par Anouilh à Jean-Louis Barrault qui jouait dans une de ses pièces : “Ce n’est pas vous mais le public qui doit pleurer”. Donc pas de complaisance émotionnelle et narcissique, pas de quatrième mur, pas de gestes qui ne servent à rien, pas d’onomatopées gratuites qui précèdent ou concluent les répliques. J’ai voulu une parole forte et vive qui circule à travers des comédiens puissants et généreux qui transpirent le plaisir de transmettre cette histoire jusqu’au fond de la salle.

Même principe pour les costumes et la scénographie que j’ai imaginé sobres et efficaces. Je n’aime pas les décors et costumes trop illustratifs qui étouffent les comédiens. Je n’ai voulu que des éléments essentiels sur scène permettant aux spectateurs d’imaginer en deux temps trois mouvements qui sont les personnages et où ils se trouvent : une table, trois chaises et la radio dans la cuisine ; le bureau, deux chaises, un lit simple et le tableau de « La Femme assise » dans la cave… avec un fauteuil de cinéma on est au Cinéma, avec une plaque de bois on est dans une salle de claquettes. L’élégante sobriété du décor et des costumes impliquant évidemment une création lumière et sonore très fine " .

Jean-Philippe Daguerre

 

Ce que comprend votre activité Talivera : 

- Accueil et introduction à la pièce par votre guide. 

- Place de théâtre en 1ère catégorie.

- Après le théâtre : Discussion avec vos réactions pour un instant privilégié d'échange sur la pièce et ses thématiques. 

Votre guide Lucie

/upload/9dbf42148254e4c240cf6d925583648d.jpg Fondatrice de Talivera, je planifie les activités et j’anime les moments d’échanges. Passionnée de toutes formes artistiques, je suis toujours à la recherche de nouvelles expériences inédites et originales dans la culture. L’art est un levier d'enrichissement mutuel et dans ce sens, je recrute et forme les guides à la démarche participative. Nos activités sont des moments privilégiés. Elles sont là pour apprécier le beau et donner votre voix à la culture. A vous le bon mot !

Comment s'y rendre

Min 5 personnes / Max 10 personnes

Choisir une date

Théâtre de la Renaissance 1
Théâtre de la Renaissance 1

En 1837, Victor Hugo et Alexandre Dumas obtiennent du Duc d’Orléans la création d’un nouveau théâtre. Ainsi naît la troupe du Théâtre de la Renaissance, installée «Salle Ventadour », dont l’ambition était d’offrir au Romantisme un cadre d’expression digne de son influence. Son Inauguration, le 8 novembre 1838 avec la création de « Ruy Blas », est un triomphe. Très vite, pourtant, les problèmes s’enchaînent. Et sous la pression de l’Opéra et de l’Opéra-comique le théâtre, qui jouait Delavigne, Dumas Père, Gérard de Nerval et Hugo avec une troupe menée par le grand Frédérick Lemaître, doit fermer ses portes le 23 mai 1841…

Ce n’est qu’après la guerre, en 1872, que l’architecte Charles Delalande, assistant de Charles Garnier, entame la construction d’une nouvelle salle. Parfait exemple de théâtre à l’italienne, architecturalement très proche de l’Opéra, le théâtre de la Renaissance, s’intègre parfaitement à la nouvelle géographie théâtrale parisienne imposée par les grands travaux hausmanniens. Achevé en huit mois seulement il se mue en salle à succès dés la première, le 8 mars 1873. Son prestige ne sera plus contesté et d’autres noms illustres lui seront associés : Feydeau en fut le secrétaire avant que n’y soit créée en 1886 « Tailleur pour Dames », sa première pièce et son premier grand succès.

Le théâtre de la Renaissance est situé 20 Boulevard Saint-Martin dans le 10ème arrondissement.

Comment ça marche ?


  • Réservez votre activité
    Choisissez votre date parmi les dates proposées sur le site en cliquant sur "Choisir"

  • Confirmez votre réservation
    Sur votre compte, pour l'activité réservée, indiquez le nombre de personnes et effectuez le paiement par carte bancaire en cliquant sur "Payer". (site sécurisé)


  • Recevez votre confirmation
    Vous recevrez un premier email "Votre réservation" et un second email lors du paiement "Votre reçu de Talivera".

  • L'activité peut commencer
    Le rendez-vous correspondant à votre réservation vous sera donné par mail.
    Pour les E-Cafés en visio-conférence, il vous suffira de cliquer sur le lien inséré dans le mail "REJOINDRE LE E-CAFE CULTUREL"  à l'heure du RDV.
    Pour les Sorties culturelles, le lieu du rendez-vous vous est indiqué dans le mail. Retrouvez le groupe avec la ou le guide sur place.
    Pour toutes les activités, la ou le guide vous accueillera. Il/Elle aura eu votre confirmation de réservation.
     
 Les Fourberies de Scapin
Théâtre
59.00€
 12 hommes en colère
Théâtre
45.00€
 La Machine de Turing
Théâtre
45.00€
 La Lune en plein jour
Théâtre
32.00€
 Une histoire d'amour
Théâtre
49.00€